Partagez | 
 

 ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.   Ven 23 Sep - 14:54




Extralucille, quand tu es sur la scène. Extravagante, quand l'ange est sur la scène.

Un silence pesant. Une impatience dévorante puis finalement: L'émerveillement. L'ange divin apparaît face à tous, les mains froides et blanches sur le micro, les yeux clos. Des photos, des souvenirs de sa terre natale lui revient en tête alors qu'elle entre ouvre finalement les lèvres pour souffler d'une voix juste et douce de délicieuses paroles qui rend ce silence un peu moins pesant qu'auparavant. Sa voix tendre s'accompagne de discrets sourires, de mouvement de tête et puis peu à peu ses hanches ondules de droite à gauche sur le rythme de la musique. La musique la transporte, l'ensorcelle, l'envoûte même. Personne ne peut la contrôler, personne ne peut l'arrêter. Les gens l'écoute sur scène, les gens l'admire tandis que d'autre préfère se laisser charmer par le timbre de sa voix, par cette silhouette fluette bien que fragile qui danse sur ses notes suaves presque sensuelles. Ce manège dura un peu plus de deux minutes, le temps d'une chanson avant que gracieusement la demoiselle ne courbe l'échine et offre à ses spectateurs une courbette digne d'une grande dame. Ses yeux s'ouvrent lentement, un sourire quasiment forcé se dessine sur sa bouche et comme l'assistante d'un magicien après son spectacle, elle disparaît subitement derrière l'envers du décors. Encore une belle représentation Lucille. S'exclame le propriétaire des lieux en offrant une tape amicale sur le dos de la demoiselle. L'ange de Montmartre n'est pourtant pas une fervente adepte des compliments, mais venant d'un tel personnage, ça ne peut que lui faire plaisir. Elle est habituée à ce monde maintenant, l'orpheline. Le monde de la nuit, la ou l'air est pesant, ou les âmes dépourvues de raison viennent s'enivrer pour tout oublier, la ou les hommes deviennent aussi bêtes que crédibles, ou les femmes se transforment en sublimes créatures, en parfaites diablesses. C'était presque avec étonnement qu'elle constatait qu'à ses passages plus personne n'osait prendre la parole, ou encore perturber son spectacle de quelques minutes.  Enfin, elle n'irait pas s'en plaindre, au contraire.

La jeune femme à la crinière ondulée déambula dans les couloirs menant jusqu'à sa loge ou elle retrouva son sac et notamment un paquet de cigarette camouflé sous une tonnes d'affaires, dissimulé aux yeux des regards indiscrets. D'un geste délicat elle en attrapa une seule, ainsi que son briquet pour ensuite prendre le chemin menant à l'extérieur du bâtiment. L'air pur titilla agréablement ses narines, air qui ne tarderait pas à être pollué par le dioxyde de carbone qu'elle recracherait après avoir allumé sa petite dose de nicotine. Dos contre le mur, cigarette calée entre son bec, la jeune femme lutta quelque peu à allumer l'embout, les yeux plissés sur la flamme qui ne tarderait pas à mettre le feu au filtre. C'est une première bouffée qui lui fit à nouveau fermer les yeux, alors que sa tête se jetée en arrière, contre le mur elle aussi. Elle l'avait attendue avec une certaine impatience cette pauvre cigarette et maintenant qu'elle la tenait entre ses doigts elle ne comptait pas la jeter bêtement sans l'avoir consumé dans son intégralité, mis à part si un individu l'en empêcherait. Lucille. Tu devrais pas. Ses yeux s'ouvraient sur l'aîné Emile qui ne pouvait s'empêcher de mettre son grain de sel la ou il ne devait pas. Il se trouvait la, face à elle, bras croisés contre le torse à la regarder, presque à la réprimander par le regard. C'est un regard vide, stoïque, inexpressif qu'elle lui jetait, avant d'arquait un sourcil sous ses mots. « Fou moi la paix Emile.» L'homme resta immobile, à froncer les sourcils, sa main se levant à hauteur du visage de la demoiselle pour lui attraper la cigarette et la jeter à ses pieds, la piétinant par la suite avec sa semelle. Fatale erreur L'ange devint démon et ce fût à son tour de froncer les sourcils, sans réfléchir une seconde elle le repoussait brutalement, mains sur le torse. « Bordel mêle toi de c'qui te regardes!» La parisienne, l’œil dédaigneux ne manqua pas de lui faire montrer la colère qu'elle ressentait au plus profond d'elle même, elle qui n'avait au final demandé qu'à être tranquille, contre les briques froides de cette bâtisse. C'était son problème si elle voulait fumer, et pourquoi pas s'enivrer même jusqu'au bout de la nuit, quitte à se réveiller avec un mal de crâne pas possible et pourquoi pas même chez un parfait inconnu. « DEGAGES !» hurla la brunette sous un Emile affligé qui fit un pas de côté puis un deuxième avant de filer à nouveau au bar, la ou devait l'attendre certainement une Maude amoureuse. Ah l'amour.. De son côté, la chanteuse préféra rester contre ce mur humide, à réfléchir, à regretter même cette cigarette qui se trouvait au sol piétinée. Ses doigts fins jouèrent avec la roulette de son briquet, inconsciemment, automatiquement, sans que la flamme de ce dernier n'ait quoi que ce soit à allumer, à moins que..  


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Ces yeux. Ce regard. Cet esprit...J'ai envie...de te détruire
avatar

▌JE SUIS MAGNIFIQUE : test test
▌JE SUIS : Hisoka Morou de Hunter X Hunter
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 06/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 29
▌CÔTÉ COEUR, JE SUIS : Celibataire
▌AVENTURES VÉCUES : 1154
▌PSEUDO : Nono
▌J'EMPRUNTE LE VISAGE DE : Jai Courtney
▌CRÉDITS : Nono
▌LET'S ROCK :
▌ICI DEPUIS : 03/05/2016


Feuille de personnage
Disponible pour RP: Oui
Quel pouvoir possède ton personnage ?: Zone valable pour les personnages qui avaient un pouvoir avant. Les pouvoirs ne sont pas disponible le jour.
Relations:

MessageSujet: Re: ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.   Lun 26 Sep - 0:23


Ce monde n'était pas aussi amusant que celui d'où il vient. Déjà, la simple absence du Nen avait un côté assez négatif. Certes, il peut s'en passer, mais il avait ce côté tellement plus terrifiant quand il pouvait attaquer quelqu'un... Dans ce monde, il n'en reste pas moins redoutable, il est toujours aussi rapide et agile et la douleur reste une sorte de source de plaisir pour lui. Que voulez-vous, on ne se change pas. Ce qui manque également, ce sont les Hunter et les diverses missions... Au moins, il avait de quoi s'occuper ou plutôt de s'amuser. Ici, il n'y a pas de mission, aucun risque à courir, ce sont des vies banales qu'il voit défiler devant ses yeux. Sincèrement, quel est l'intérêt de se lever tous les matins pour aller acheter son pain, partir au travail, faire une mini pause à mini pour travailler de nouveau jusqu'au soir en exerçant un boulot ennuyant... Oh que c'est triste tout ça ! Depuis son arrivée, il parcoure la ville en espérant trouver un ou des adversaires à sa taille. Hélas, ça ne cours par les rues de la ville.

Les mains dans les poches, il marchait tranquillement tout en savourant un délicieux chewing-gum à la fraise. Par moment, il faisait également des bulles sous les yeux étonnés des passants. C'est donc si rare de voir un adulte s'amuser à faire des bulles énormes avec un bonbon ? Hisoka s'en fichait totalement, après tout, il fait ce qu'il veut. Au moins dans ce monde, il a une apparence un peu moins folle. Il aurait pu garder son extravagance, mais il sait qu'il aurait drôlement fait tâche dans le décor. Attirer l'attention n'est pas forcément son truc. L'homme élégant et presque charmant qu'il était s'arrêta au coin d'une rue quand il vit une femme, en train de fumer qui agressa un homme. De là où il était c'est ce à quoi ça ressemblait... L'homme s'en alla, entrant de nouveau dans le bar sans rien dire. La demoiselle demeura contre le même mur froid et triste, hypnotisé par un simple briquet sans flamme. Le sujet était assez intriguant pour qu'il s'approche et en apprenne un peu plus. Dans le pire des cas, ça sera distrayant et vous savez que notre magicien aime la distraction ! Tel une ombre furtive, il s'était approché à pas de loup, étouffant les bruits sous ses pas jusqu'à se glisser à côté de sa cible. "Il n'y a aucune magie à observer un briquet sans allumer sa flamme !" déclara-t-il alors que dans sa main droite, il jouait avec son paquet de cartes qui ne le quittait jamais. C'était un As quand il a des cartes à jouer, il peut les mélanger de différentes manières, faire des tours de magie et autrefois, il pouvait même se battre avec. Il fit une bulle avec son chewimg-gum qui explosa en un petit "poc" avant de continuer à la mâcher silencieusement. "Vous devriez sourire ! C'est si monotone de vous voir avec un air si lugubre ! Ne soyez pas triste pour votre cigarette, quoi qu'il arrive vous l'auriez tué!" indiqua Hisoka en montrant le cadavre de la cigarette qui avait été jeté sur le sol par l'homme de tout à l'heure.

_________________

♠️ Hisoka ♠️
Start up from a solitary planet ; again. But there's a language that I never spoke.And it's clogging up inside my throat. Electric connections, that were dormant now ingite. It's like another part of sight. A second eyelid that was closed before. 
Codage Nono | Gif tumblr ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.   Jeu 29 Sep - 14:34




Extralucille, quand tu es sur la scène. Extravagante, quand l'ange est sur la scène.

Petite Lucille est désemparée.Petite Lucille est devenue rebelle. Petite Lucille est impulsive, elle ne croit plus en rien. Ses doigts ne cessent de titiller la roulette de son briquet, mais la flamme, la malheureuse refuse de se montrer, se préservant pour une autre occasion. Elle aussi attendait impatiemment, prête à enflammer ce papier filtre recouvrant la dose de nicotine de la demoiselle. Elle aussi paraissait déçue de ne pas pouvoir le faire à nouveau. La ruelle paraissait si calme, lugubre même et pourtant, petite Lucille ne bouge pas d'un muscle, restant adossée contre les briques froides derrière elle. Elle n'aspirait qu'au calme et en la quiétude, maudissant intérieurement cet imbécile d'Emile qui semblait avoir les yeux constamment rivés sur elle. Pourtant, contre toute attente, un homme vint la tourmenter. Son regard vitreux se levait sur la silhouette à peine visible dans la pénombre, quelques frissons parcoururent son échine avant de se répandre dans l'ensemble de son corps. Sur l'instant, elle ne sût quoi répondre, se contentant de demeurer silencieuse et absente et ce n'est qu'au moment ou il lui demandait de sourire qu'elle daigna finalement réagir. « T'es qui toi? » Grogna en premier lieu l'ange de Montmartre en levant un peu plus la tête pour adopter ce petit air hautain de ses années 1800. Le même air qui voulait clairement dire qu'il n'était pas le bienvenu dans cette petite ruelle, du moins pas tant qu'elle s'y trouvait elle aussi pour méditer. « T'es qui ou quoi pour me demander de sourire? Tu vois pas que j'ai pas la tête à plaisanter? » Petite Lucille ne se laisse pas amadouer, elle crache son venin sans crainte et sans remords, n'ayant aucunement peur des représailles. Ses sourcils se froncent, son air dépité s'accentue, agresse ses traits de visage si fins, si angéliques en temps normal alors que d'un léger mouvement du corps, elle décide finalement de quitter son mur pour tenter de mieux distinguer l'homme à ses côtés. L'homme ne lui fait pas peur, encore moins l'inconnu, même qu'il pourrait être la plus grosse et grande armoire à glace au monde qu'elle ne s’enfuirait pas. L'homme pourtant est intriguant, loin des alcooliques présent dans le bar. Il joue l'homme, il aime se jouer de la peine des autres et ça se voit, il est intrigué par ce petit minois, minois qui continue ses grimaces négatives, dégoûtés.

« T'aurais pas une clope par hasard? » Elle ne peut pas s'empêcher de remuer le couteau dans sa propre plaie comme une véritable masochiste. Elle a besoin de cette petite pointe de nicotine dans ses veines, dans son sang, et tant que sa soif ne sera pas assouvie, c'est un air colérique et détestable qu'elle abordera. Elle espérait sincèrement que cet homme, bien qu'il soit différent des autres, ait en sa possession le fruit de sa requête, sous quoi elle retournerait certainement à l'intérieur de son lieu de travail, bredouille. « Je supposes que non. » Finit-elle par souffler en entendant ce petit bruitage provoqué par l'éclatement de la bulle produite par le chewing-gum gum de l'individu. Soit il est en cure et essaye d'arrêter en se vengeant sur les sucreries, soit il n'a jamais touché à la cigarette de toute sa vie, et la deuxième option curieusement lui semblait plus censée que la première. Enfin, quoi qu'il en soit, elle se retrouvait de nouveau bloquée, et c'était à peine si elle osait rentrer à nouveau dans le bar ou elle venait de chanter. L'ambiance était bien plus intéressante dans cette ruelle que ailleurs, son petit corps de femme pourtant ne semblait pas la supporter, lui qui s'était retrouvé frigorifié en moins de cinq secondes. Alors, comme pour tenter d'apporter un peu de réconfort et de chaleur à sa taille, la chanteuse déposa ses deux mains de chaque côtés de ses bras pour commencer à les stimuler, les frotter et le pire dans tout ça, c'est que ça a marché. Ses yeux se détournaient lentement de la silhouette masculine présente à ses côtés, peut-être qu'en faisant cela, cette dernière s'évaporerait. Cette silhouette n'était peut-être que le fruit de son imagination débordante, de ses envies de cigarette omniprésente, de sa tristesse qui n'aspirait qu'à une chose: Évoluer et devenir de la joie. Elle ne serait jamais heureuse, elle ne l'a jamais été spécialement, parce que tout comme beaucoup de monde, Lucille était une créature des bas quartiers, ceux qu'ont oublies souvent, qui divertissent mais qu'ont oublies, le genre de fille dont ont éprouves aucune pitié et sur qui l'ont pouvaient cracher impunément sans craintes.    


(c) chaotic evil
Revenir en haut Aller en bas
Ces yeux. Ce regard. Cet esprit...J'ai envie...de te détruire
avatar

▌JE SUIS MAGNIFIQUE : test test
▌JE SUIS : Hisoka Morou de Hunter X Hunter
▌JE SUIS NÉ(E) LE : 06/06/1988
▌ÂGE DU PERSONNAGE : 29
▌CÔTÉ COEUR, JE SUIS : Celibataire
▌AVENTURES VÉCUES : 1154
▌PSEUDO : Nono
▌J'EMPRUNTE LE VISAGE DE : Jai Courtney
▌CRÉDITS : Nono
▌LET'S ROCK :
▌ICI DEPUIS : 03/05/2016


Feuille de personnage
Disponible pour RP: Oui
Quel pouvoir possède ton personnage ?: Zone valable pour les personnages qui avaient un pouvoir avant. Les pouvoirs ne sont pas disponible le jour.
Relations:

MessageSujet: Re: ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.   Mar 4 Oct - 1:12


L'accueil était plutôt froid, très froid. Étrangement, ceci ne le choqua pas, il ne s'offusqua même pas. Il faut dire qu'il a toujours eu l'habitude qu'on ne l'apprécie pas et qu'on se méfie de lui. En même temps, Hisoka n'est pas le genre d'homme à faire en sorte qu'on l'aime. Montrer son côté sournois ne le dérange pas, ni même montrer sa possible supériorité face aux autres. Ce n'est pas un homme craintif, ni même une personne peureuse. C'est à se demander si parfois il est réellement humain. Les émotions ne semblent pas tellement l'atteindre, disons qu'il reste une personne qu'on peut difficilement décrypter. Sa vie a toujours tournée autour de deux choses : les combats et l'amusement. Défier les autres, défier les personnes qui en valent la peine, c'est tout ce qui compte. Qu'importe la douleur, il ne la ressent pas. Une fois, l'un de ses bras avaient été sectionné lors d'un combat. N'importe qui de normal aurait hurlé de douleur et peut-être même abandonné. Lui, ça ne lui avait fait ni chaud, ni froid. C'est à peine si ça l'avait déconcentré. Quand on sait exploiter la douleur comme une source de plaisir, pourquoi la craindre ? Et à quoi bon paniquer, puisse qu'il savait qu'un membre de la brigade fantôme pourrait le "réparer". La vie d'Hisoka est dangereuse, mais le danger l'a toujours fait vibrer. Alors, cette fille à l'allure hautaine et sûr d'elle ne lui faisait pas peur. Au contraire, elle parvient à l'amuser par sa simple réplique et réaction. "Attention... ce genre de comportement pourrait me provoquer et je ne suis pas du genre à fuir une provocation..." répondit-il à la jeune femme. C'était là aussi une sorte de provocation, le genre de choses à dire pour envenimer la situation ou peut-être pas.

Le magicien sortit son paquet de cartes, il commença à jouer avec comme il le faisait si souvent. Les cartes en papier passaient entre ses doigts, retournaient dans le paquet, se mélangeait, se remélanger tel un étrange manège aux allures hypnotique. Sa dextérité n'était plus à mettre en doute. Des cigarettes, il n'en a évidemment pas sur lui, il ne fume pas, il n'a jamais fumé et il ne compte pas vraiment commencer un jour. Ce n'est pas son addiction, il préfère se contenter des bonbons, de ses douces sucreries qui viennent danser sur son palet, laissant échapper des saveurs dont il raffole. Gardant ses cartes dans une main, il plongea l'autre dans sa poche et en sortit plusieurs bonbons, des chewing gum, des bonbons de couleurs et de formes différentes. Le simple fait de les voir avait un petit côté joyeux et plaisant. "J'ai des bonbons, c'est tout !" La pauvre allait être déçu, elle n'allait pas avoir sa dose de drogue pour survivre. Mais les sucreries peuvent être un bon substitue, juste pour l'espace de quelques heures. "Alors, quelle est la raison de la disparition de votre sourire ?" demanda-t-il par simple curiosité. C'était le seul divertissement du coin, autant en profiter. Tant pis s'il se fait frapper, ce n'est pas ça qui lui fera mal, au pire, ça l'amusera comme toujours.

_________________

♠️ Hisoka ♠️
Start up from a solitary planet ; again. But there's a language that I never spoke.And it's clogging up inside my throat. Electric connections, that were dormant now ingite. It's like another part of sight. A second eyelid that was closed before. 
Codage Nono | Gif tumblr ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.   

Revenir en haut Aller en bas
 
♦_ «L'ange qu'on a aimé jusqu'à la folie, devient parfois, un diable que l'on déteste. » | Ft.Hisoka.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Poussière d'ange.
» La longue histoire d'un Ange...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STORY CITY :: Ils vécurent heureux... :: Archive rp-
Sauter vers: