Partagez | 
 

 Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori   Sam 10 Sep - 12:38


       
Tout amour, toute amitié sincère est une histoire de transformation inattendue. Si nous sommes la même personne avant et après avoir aimé, cela signifie que nous n' avons pas suffisamment aimé. ▬ Elif Shafak. Hiyori & Yukine
       

       
Tu n’as pas oublié cette fois… ? Tu ne nous as pas oubliés… ?

       
Je traîne les pieds dans cette rue bondée de monde. Bondée de personnes, d’individus. M’amusant à shooter dans un caillou, le premier qui passe sous mon pied, ce dernier vient taper le mollet de l’homme en costard cravate devant moi qui se retourne. Qui se retourne et me fixe. Il me voit. Il me jette presque un regard noir suite à mon acte. Lui répondant d’un regard sans expression, les sourcils haussés, ce dernier semble se désintéresser de mon cas, blasé, désespéré de mon attitude. Instinctivement, je lui tire la langue lorsqu’il a le monde tourné. Quelques rires s’élèvent à côté de moi, ceux qui ont remarqué ma présence, mon acte.  J’ai parfois encore du mal à m’y habituer : au fait que l’on puisse me voir à nouveau, que l’on puisse me remarquer. Je n’ai toujours pas l’habitude qu’on puisse se retourner sur mon passage ou qu’on puisse me dévisager. Etre visible et remarqué aux yeux de tous : un manque qui m’avait paru cruel au début. Ne pas être vu par les autres, ne pas pouvoir vivre la même vie que tous les autres m’a paru être comme une punition plus qu’une seconde chance, mais mon point de vue a changé depuis. J’en viens même à me demander si je ne préfère pas mon invisibilité d’auparavant. Au moins avant j’étais remarqué et vu par des gens comme moi, des gens qui pouvaient comprendre. Par ces fameux amis uniques dont la seule présence nous suffit. Parfois mon statut de Shinki, d’âme errante et vagabonde me manque terriblement. Une sonnerie. Une énième sonnerie. Une dernière sonnerie et sans que je puisse m’en rendre compte, tout le monde est déjà sorti. Tout le monde a déjà remballé ses affaires, prenant leurs jambes à leurs cous. La tête posée sur mon coude, mon regard reste encore fixe sur le tableau noir portant les écritures du dernier cours de la journée. L’exercice pour demain y est encore affiché et même s’il est déjà inscrit sur mon propre cahier, je me lève, attrape la craie et décide de le résoudre à même le tableau. La craie émet un bruit strident suite à mon écriture, mais le résultat me semble juste après quelques essais, après avoir effacé plusieurs fois mes réflexions avec le dos de ma main. Cette dernière est maintenant blanche et j’ai dû transférer quelques traces de craie sur la joue de mon visage, mais je n’ai pas le temps de le remarquer. Hiyori serait fier de moi : ses cahiers et ses cours particuliers m’ont permis de suivre, d’être à jour, d’être aussi bon que n’importe lequel de mes autres camarades. Ses cours me manquent. Mon amie me manque. Malgré tous les efforts et idées que nous avons mis en place pour la retrouver, Yato et moi, rien ne s’est avéré fructueux. Mon cœur se serre rien qu’à y penser. Lui est-il arrivé quelque chose ? Nous a-t-elle oubliés ? Oublié comme cette fois-là ? Sa mémoire lui joue-t-elle des tours ou notre souvenir s’est-il estompé ? Nous a-t-elle oubliés parce que cela fait une éternité que nous ne nous sommes pas vus ? Une éternité, oui c’est bien l’impression que j’ai.

Cette semaine, c’est normalement à moi d’être de corvée et de m’occuper de l’entretien de notre salle de classe, mais c’est finalement toujours moi qui m’occupe des plantes vertes sinon elles seraient laissées à l’abandon. Mon arrosoir de fortune se révèle être un bécher à bec trop vieux pour être utilisé en cours de physique-chimie. Exactement comme lorsque je me suis occupé de ce cerisier, être au contact des plantes me rappelle Suzuha. Mon ami. Le premier ami que je me suis fait par moi-même. Ce même ami dont les souvenirs sont beaux et douloureux à la fois. Lui qui s’est fait tuer par des Ayakashi alors qu’il n’avait rien demandé. Lui qui s’est retrouvé au cœur d’un complot sans le vouloir. Il fallait un élément déclencheur, un élément pour faire souffrir Dame Bishamon et tuer Suzuha l’un de ses nombreux Shinki en avait été le meilleur moyen. Orchestré par Kugaha et par Nora. Une certaine haine me saisit toujours lorsque le visage de Nora apparaît dans mon esprit, crispant tous mes muscles, serrant mécaniquement mon poing valide ; un geste un peu trop brusque qui me fait renverser de l’eau à côté. Si Suzuha avait été là, il m’aurait déjà réprimandé pour ne pas y avoir fait attention. Il m’aurait certainement emprisonné avec son bras pour pouvoir me passer un shampooing avec son autre main libre, en riant de ma bêtise. Comme il l’avait déjà fait. Et moi j’aurais certainement rit avec lui finalement, face à son geste. Malheureusement lui non plus n’est plus là. Il m’aura lui aussi oublié. Il aura oublié tout cette vie, de cette deuxième vie qu’il a vécue. Exactement comme pour la première. Un cycle qui ne cesse de se répéter pour n’importe lequel d’entre nous. Pour n’importe quel Shinki… Je m’attèle à trouver rapidement un quelconque mouchoir ou serviette afin de réparer ma maladresse, tentant en même temps de retenir le flot de larmes qui se bousculent et me brouillent presque la vision. Notre destin serait-il déjà tout tracé depuis le début ? Notre destin serait-il d’être oublié tout simplement ?

Des bruits de pas rapides finissent par attirer mon attention et je me retourne vers la porte de la salle. Celle qui mène au couloir lorsqu’on vient de l’intérieur, mais qui sert également de porte d’entrée lorsqu’on vient de l’extérieur. Une lycéenne tout comme moi fit son apparition dans l’encadrement de la porte. Son visage ne me dit rien, elle doit venir d’une autre classe. Moi qui ai l’habitude d’observer les gens sans qu’ils puissent me voir, j’arrive à voir et à repérer certains regards et expressions du visage. Cette dernière quant-à-elle semble perdue, cherchant désespérément quelque chose. « Je ne sais pas ce que tu cherches, mais ça ne doit pas être ici. Tout le monde est déjà parti tu sais, il ne reste que moi. » Autant qu’elle passe son chemin tout de suite et qu’elle ne perde pas de temps à chercher par ici : ça lui fera gagner du temps. Elle ne doit pas venir pour moi, si ?

(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori   Mar 13 Sep - 18:22

Tu n'as pas oublié cette fois... ?
Tu ne nous as pas oubliés... ?

       

Un soupire m'échappe. Je passe une main lasse dans ma longue chevelure tombant sur mes épaules. Je délaisse mon plateau avec lequel je me contente de jouer depuis de longues minutes à présent. La journée est longue. Du moins, elle me semble particulièrement longue. Elle comme les précédentes et les prochaines j'en suis certaines. Moi qui désespérais autrefois d'être scindé entre deux mondes, le second me manque plus que tout. J'y connaissais tellement de personnes, tant que personne qui aujourd'hui ne sont plus à mes côtés. Il m'a pourtant promis. Promis d'être à mes côtés et de réaliser ce souhait pour lequel j'ai dors et déjà payé. Peut-être dois-je me faire à l'idée que je ne pourrais les retrouver… C'est dur de lâcher prise, mais je m'éloigne de plus en plus des autres pour me concentrer sur des êtres que je peux sans doute plus percevoir. Je dois me reprendre. Broyer du noir n'est pas dans mes habitudes. Pourtant, ils me manquent tellement.

Décrétant avoir ainsi terminé mon plateau, je le vide dans l'une des poubelles et place le plateau vide au bon endroit. J'erre un moment dans le cours avant de rejoindre ma classe pour le cours qui suivit la pose déjeuner. Le reste de la journée fut aussi long que tout le reste, sans parler de notre dernier professeur qui a, semble-t-il, décidé de nous garder plus longtemps que prévu. Je regarde plusieurs fois l'heure à la dérober. Je vais être en retard à la séance de groupe pour un travail à rendre. Trouver un créneaux n'a absolument pas été simple, alors je ne peux pas vraiment me permettre de la louper ainsi. Lorsque le professeur nous libère, je range mes affaires et me faufile parmi les élèves impatients. Je m'élance dans les couloirs, marchant aussi rapidement que possible sans pour autant courir.

J'arrive enfin devant la classe du lieu de rendez-vous. Essoufflée, je laisse mon sac tombé et fixe la salle. Vide ou presque. Il ne reste qu'un seul et unique élève. Il n'est pas dans mon groupe, ce qui me laisse penser que le reste a dû partir. La réunion a-t-elle été annulé ? Mince ! Je n'ai pas été mis au courant de ce changement. Je mordille ma lèvre, retrouvant lentement mon souffle alors que toute mon attention se porte sur le lycéen chargé des tâches de rangement de la salle. ❝ oh… la réunion a dû être reporté... ❞ Je murmure ses paroles pour toutes réponses. Mes devoirs sont fais. J'ai tout le temps devant moi. Aussi, je laisse ma curiosité agir et m'approche du blondinet. ❝ un coup de main ? ❞ Je n'attends pas sa réponse attrape le second arrosoir pour arroser les plantes les plus éloignés de lui.

La tâche terminée, je lui souris amicalement. Me socialiser. Je dois aller vers les autres, faire un pas en avant pour m'intégrer. Cela ne signifie pas que je les oublie, non. Seulement, je ne peux plus passer mon temps à tenir les autres éloignés. La solitude n'a jamais été vraiment mon truc à long terme. Je dois faire un effort. ❝ au fait, je m'appelle hiyori, iki hiyori. Et toi ? ❞

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori   Ven 16 Sep - 22:35


       
Tout amour, toute amitié sincère est une histoire de transformation inattendue. Si nous sommes la même personne avant et après avoir aimé, cela signifie que nous n' avons pas suffisamment aimé. ▬ Elif Shafak. Hiyori & Yukine
       

       
Tu n’as pas oublié cette fois… ? Tu ne nous as pas oubliés… ?

       
Cela semble presque dérisoire : autant de plantes vertes à entretenir et personne hormis moi ne semble s’y intéresser. J’ai commencé à m’occuper de la pauvre et seule plante grasse qui traînait sur le bureau de notre professeur avant d’y en avoir ajouté. De plus en plus. Suzuha m’a appris tout ce que je sais à propos des plantes, de l’entretien, de la jardinerie en elle-même. Faire fleurir toutes ces plantes semblent presque maintenir intact son souvenir dans ma mémoire. Comme si cela l’empêche de s’envoler, comme si cela permet de le garder à l’intérieur de la mémoire. Mon premier ami. Le seul ami que j’ai réussi à me faire par moi-même. La première personne qui m’a vu et qui m’a remarqué. De la surprise, de la stupeur ou de la joie ? Je ne sais toujours pas lequel de ces sentiments a eu le dessus ce fameux jour. Ce jour où j’ai piétiné ses fleurs sans le faire exprès. M’en occuper fait vivre sa mémoire et son souvenir. Des bruits de pas me tirent de ma rêverie et je me retourne vers l’encadrement de la porte menant au couloir. En plus des bruits de pas, c’est un lourd bruit de sac tombant au sol qui m’interpelle et m’avertis de l’arrivée de quelqu’un. C’est une jeune femme, une lycéenne tout comme moi, mais son visage et son regard semble perdu, fuyant, cherchant quelque chose. A force d’observer les individus sans qu’ils puissent me remarquer, je suis devenu pas mauvais dans la reconnaissance de certaines expressions faciales. Je lui indique donc que je suis tout seul ici et qu’elle peut passer son chemin si elle le veut. Ce n’est pas ici qu’elle trouvera ce qu’elle cherche. Autant qu’elle se remette à chercher le plus vite possible. En plus, elle semble être pressée : elle est essoufflée. Et nerveuse. « Oh… la réunion a dû être reporté... » Je fronce les sourcils. Une réunion, quelle réunion ? Il aurait dû se passer quelque chose ici dans ma salle de classe ? Moi qui ai toujours voulu retourner au collège lorsque j’ai eu le droit à ma seconde chance, je me rends compte que maintenant que j’ai cette chance de pouvoir y retourner, je n’ai pas fait réellement d’effort pour me faire des amis. Peut-être que je n’arriverais pas à faire cet effort tant qu’une personne manquera à notre trio : tant que je n’aurais pas revu mon amie Hiyori. « Une réunion ? De quelle réunion tu parles ? » Je grogne presque, plus pour moi-même que pour elle.

S’approchant, j’ai un mouvement de recul plus par réflexe qu’autre chose, encore mal à l’aise face au fait que l’on puisse me voir, alors sa voix résonne de nouveau. « Un coup de main ? » Cette gentillesse : l’espace d’un instant le visage de la Brunette survient en ma mémoire. Cette grande sœur, celle qui m’a sauvé. Faisant la moue : les joues gonflées et la tête tournée, je croise les bras sur mon torse. « Non, tu n’es pas… Obligée… » Elle ne m’a même pas laisser le temps de répondre, elle a déjà empoignée un deuxième arrosoir pour arroser les plantes du fond. Je lâche un soupir bruyant face à son entêtement. « Je n’ai pas besoin d’aide, je me débrouille très bien tout seul : je fais ça tous les jours. Sans l’aide de personne. » Malgré tout, je ne peux pas me résoudre à la mettre dehors, alors j’empoigne à nouveau mon arrosoir de fortune et m’attèle aux plantes du devant de la classe, près du bureau. Mon accueil n’est pas le plus chaleureux et cette petite moue ne quitte pas mon visage, alors qu’aucun autre mot ne sort de ma bouche. Je n’ai pas, je n’ai plus l’habitude d’aller vers les gens. D’être sociable. Cette tâche se passe plus rapidement que d’habitude avec une paire de mains supplémentaire. Je ne peux m’empêcher de jeter des coups d’yeux vers elle. Elle qui ne s’est pas envolée. Qui n’est pas le simple fruit de mon imagination. Un léger sourire m’échappe lorsque ma tâche est terminée, il devrait être fier de moi. Il ne me reste plus qu’à faire la même chose en rentrant avec les propres plantes dont je m’occupe à l’appartement. Ce n’est pas sur Yato que je peux compter sur ça. La lycéenne se retourne vers moi, elle qui sembla avoir fini également. Elle sourit. Elle me sourit. Un léger sentiment de gêne m’envahit, mes joues chauffant quelque peu, je détourne le regard. Je n’ai définitivement plus l’habitude. Et j’aurais très certainement piqué Yato si nous étions encore connectés lui et moi.

« Au fait, je m'appelle hiyori, iki hiyori. Et toi ? » Ma main tremble sans que je puisse la contrôler et l’instant d’après l’arrosoir en verre m’échappe des mains et vient terminer sa course en se fracassant sur le sol. L’eau encore à l’intérieur se répand sur le sol, mouillant mes chaussures par la même occasion mais je m’en fiche. Royalement. Mon cœur a raté un battement. Voire deux ou trois. Un simple nom, une simple présentation. Un nom que je n’ai pas entendu depuis longtemps. Un nom que j’ai tant espéré entendre. Hiyori. Le nom de mon amie. De celle que nous cherchions tant. « Hi… Hi… Hiyori… » Ma voix tremble et flanche. Elle est peu sure comparée à d’habitude, prête à céder, à se briser, totalement submergée. « Hiyori… » L’appeler semble presque être un moyen pour m’assurer qu’elle est bien là. Que ce n’est pas une illusion crée de toute pièce par mon esprit. Lorsque je relève la tête, les larmes dégoulinent sur mes joues telles un flot incapable de s’arrêter. Les yeux larmoyants, j’arrive à articuler : « C’est moi, Hiyori… Tu ne nous as pas oubliés ? Pas cette fois, hein ? Tu t’en souviens ? Tu te souviens de nous n'est-ce pas ? Nos liens sont toujours là ? » Pas encore une fois. S’il vous plaît, pas encore une fois. Ma voix tremblante et presque implorante reflète la nature de celui qui se cache au fond de moi : de l'enfant que je serais toujours.

(c) crackle bones

       
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori   Jeu 6 Oct - 17:06

Tu n'as pas oublié cette fois... ?
Tu ne nous as pas oubliés... ?

       

Je m'élance à vive allure à travers les couloirs de l'établissement, persuadée d'être en retard. Je ne cours pas. Mais, presque. Arrivant finalement devant la fameuse salle de classe, le lieu de rendez-vous donner à d'autres camarades provenant de cette classe en question pour un projet commun. Je m'appuie instinctivement sur l'encadrement de la porte, le visage vers le bas alors que je cherche sans relâche mon souffle bien trop court pour que je puisse penser convenablement. Mon coeur tambourine encore dans ma poitrine alors que je relève le regard et me fige lentement. Je cligne des yeux, retient mon souffle malgré moi. Un seul et unique élève se tenait là et aucun de ceux avec qui j'aurais dû travailler. Un soupire m'échappe alors que le blondinet me fait comprendre qu'il est seul, que tout le monde est déjà partit depuis fort longtemps. La réunion a-t-elle été annulé ? Je murmure ses mots à voix hautes. Pour moi-même. Ou peut-être dans l'espoir que le lycéen y réponde pour moi. Hélas, il ne semble au courant de rien. ❝ pour… un projet commun… ce n'est pas important.  ❞ Je souffle ses mots, réponses à ses interrogations qui ne me sont peut-être pas adressé.

Laissant aller ma curiosité, je m'approche du jeune blonde et lui propose mon aide. Je n'attends pas vraiment de réponses de sa part, attrapant le second arrosoir dans la foulée et commence à m'occuper des plantes les plus éloignées de lui. Ainsi, il sera libéré plus rapidement et puis, je n'ai rien de plus intéressant à faire. Mes devoirs sont terminés. J'ai pris de l'avance. Et ce n'est plus comme si de merveilleuses aventures surnaturels m'attendent au tournant à présent. ❝ je m'en doute. Mais, ça me fait plaisirs. Et puis, tu dois avoir hâte de partir, non ? ❞ Un sourire se glisse sur mes lèvres alors que je lui jette un bref coup d'oeil avant de reprendre ma tâche.

Terminée. Je me tourne de nouveau vers lui, souriant amicalement. Me socialiser. Ce pourquoi j'ai perdu tout talent. Depuis mon arrivée, je n'ai eu qu'un seul et unique but. Mais, ce n'est peut-être pas la meilleure solution. M'ouvrir aux autres, à ce moment est peut-être la meilleure façon de m'intégrer et qui sait : de les retrouver. Ainsi, je me présente avec simplicité. La réaction du blondinet n'est pas vraiment celle que j'attends, bien au contraire. Je me recule d'un pas lorsque son arrosoir tombe au sol. Une exclamation m'échappe, je le ramasse vivement. Je me relève et me tourne, près à aller chercher la serpillière. Mais. Je me fige. Dos à lui. Ses paroles, sa voix tremblante. Mon coeur se serre d'une façon étrange, les larmes aux yeux, je me retourne et lui fait de nouveau face.

❝ yukine ? ❞ Deux tentatives me sont nécessaires pour arriver à prononcer ce nom. C'est bien lui qui se tient devant moi. Vivant. Les larmes débordent, mimant les siennes alors que je le prends vivement dans mes bras. ❝ je suis si heureuse !  Je n'ai pas arrêté de vous chercher. Je pensais que je ne pouvais plus vous voir. Je suis tellement soulagée ! Comment vas-tu ? Comment va Yato ? ❞ Je bafouille ses mots de manière presque incompréhensible. Mon coeur s'apaise enfin après tout ce temps.

(c) naehra.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu n'as pas oublié cette fois... ? Tu ne nous as pas oubliés... ? ❄ Hiyori
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Allons-nous avaler cette fois-ci la couleuvre
» Bon cette fois c'est cuit, le PS est foutu
» Un instant avant le Gras [Thibault]
» Cette fois-ci aussi||PV Nuage Lunaire||
» Cette fois, c'est pour de vrai ! [PV Cyclone]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
STORY CITY :: Ils vécurent heureux... :: Archive rp-
Sauter vers: